recherches editoriales

Guide : soumettre son manuscrit à un éditeur en 3 étapes simples

Après mes deux articles sur La ligne éditoriale et les trois types de maisons d’éditions, on va voir aujourd’hui les règles de bases pour soumettre son manuscrit à un éditeur. Evidemment, il faut envoyer votre manuscrit à plusieurs éditeurs !

Première étape : la mise en page du tapuscrit

*Un manuscrit est écrit à la main, un tapuscrit l’est à l’ordinateur. Votre texte doit impérativement être tapé à l’ordinateur, les pattes de mouches vont directement à la poubelle !!*

La majorité des éditeurs ne demandent pas de mise en page particulière mais il faut quand même que le manuscrit soit lisible. Comme je le disais, la plupart des éditeurs ne donnent pas de consignes particulières concernant la mise en page, cependant s’il y en a, respectez-les à la lettre !! Voici les 5 règles d’or :

  • Une police très lisible, comme Times New Roman, Arial, Calibri…, si la personne ouvre votre manuscrit et se fait mal au crâne à lire vos hiéroglyphes, c’est mal parti pour vous !
  • Une taille de police adaptée, ni du 10, ni du 16 ! Je vous conseille du 12, voire du 14, c’est très lisible sans être trop gros, sans oublier que la taille de la police augmente aussi le nombre de pages, si vous devez imprimer, contentez-vous du 12.
  • Des pages numérotées ainsi que des interlignes simple, de 1,15 ou de 1,5. Personnellement, j’utilise un interligne proportionnel de 105 ou 107 %, cela fait bien l’affaire.
  • Un texte justifié, avec des paragraphes (cela va de soi) et des retraits de première ligne. Pour les retraits, il vous suffit de faire clic droit, paragraphe, retraits et espacement, de première ligne et d’entrer 0,50 cm, puis de cocher automatique. Cela rend encore une fois le texte plus lisible.
  • Indiquer vos coordonnées (nom, prénom / nom de plume, âge, numéro de téléphone, adresse…) ainsi que le nombres de pages, de mots et de signes de votre roman, avec le public visé et le genre de celui-ci.

!! Attention : votre histoire doit évidemment être cohérente, sans faute de grammaire, d’orthographe etc et sans faute de frappe !!

*Si votre livre comporte de chapitre, veillez à créer une table des matières.*

*Si des mots ont besoin d’être définis dans un lexique, faites comme cela :

monter à cru* (ajoutez ici une note de bas de page)

(note de bas de page) tous les mots suivis de * son définis dans le lexique p.???

!! Attention : n’oubliez pas de bien rentrer le numéro de la page !! *

Deuxième étape : création d’un synopsis / résumé

Cette étape est, je trouve, la plus laborieuse. Beaucoup de maisons d’éditions demandent aux auteurs de fournir avec leur tapuscrit  un synopsis (aussi appelé résumé) d’une ou deux pages.

Deux pages ?? vous allez me dire ! Oui, c’est énorme. En plus vous devez rendre ce synopsis à votre image, y exprimer votre style. Pour le créer, je vous conseille de faire un court résumé de chaque partie / chapitre / scène de votre livre.

Astuce : prenez l’habitude de créer un document, quand vous commencez à écrire, dans lequel, au fur et à mesure de l’écriture, vous faites de petits résumés de vos scènes, comme ceux ci-dessous. Ce n’est pas facile de s’y tenir mais ça rend vachement service !

Astuce bis : si vous écrivez en suivant un plan, plus ou moins détaillé, reprenez ce plan et développez-le pour former votre synopsis !

Ex : Scène 1 : Le garçon achète un vélo. Scène 2 : il l’essaie et tombe. Scène 3 : Il va à l’hôpital. Scène 4 : Il rentre chez lui avec un plâtre et décide de ne plus faire de vélo.

Vous vous servirez ensuite de ces résumés pour former votre synopsis puis l‘améliorer, le rendre agréable à lire.

Ce qu’il ne faut pas faire : Le garçon achète un vélo mais il l’essaie et tombe. Il va à l’hôpital puis rentre chez lui avec un plâtre et décide de ne plus faire de vélo.

Ce qu’il faut faire : Pierre est un petit garçon de sept ans, un peu casse-cou et qui adore les nouvelles aventures. Ses parents ne sont pas étonnés quand il leur demande un vélo, un beau matin de juin. Quelques jours plus tard, le garçon est ravi de monter sur son magnifique vélo formule 1 rouge, flambant neuf. Il l’enfourche, se positionne en haut de la rue et c’est parti ! Les cheveux au vent, des pansements partout, il dévale la pente à toute vitesse et patatras ! un moment d’inattention et la roue du vélo n’en fait qu’à sa tête ! Pierre freine mais se trompe de frein et fait un soleil, un magnifique vol plané, jusque dans l’allée de la veille voisine. Sa jambe lui fait extrêmement mal, ses parents accourent et les voilà partis aux urgences. Il rentre chez lui le lendemain, avec un joli plâtre au bras, qu’il a hâte de montrer à ses copains, mais a eu trop peur et décide que le vélo, ce n’est pas pour lui !

Voilà un petit aperçu. On est passé de deux lignes à plus de dix lignes ! Maintenant, à vous de jouer 😛

Troisième étape : l’envoi

Ça peut paraître anodin, mais il y a quelques règles à respecter :

  • D’abord, avant d’envoyer votre livre, assurez-vous que votre livre correspond bien à la ligne éditoriale, si vous ne savez pas ce que c’est ou comment savoir s’il y correspond, je vous invite à aller voir cet article.
  • Ensuite, identifiez le type d’envoi. Certains éditeurs privilégient les envois papier, c’est-à-dire par la Poste, ou par email, c’est écrit sur leur site. Parfois, ils font les deux, auquel cas c’est à vous de choisir ! Personnellement, je trouve l’email beaucoup moins onéreux (les tarifs de la poste sont d’environ 4,80 € pour un colis de 250 à 500 g, c’est à dire 200 – 250 pages, sans compter le prix de l’impression et de la reliure). Important : si vous envoyez votre manuscrit par voie postale, n’oubliez pas d’ajouter avec une enveloppe timbrée si vous souhaitez que l’on vous le renvoie.

!! Attention : si c’est un envoi par mail, n’oubliez pas de joindre le fichier de votre manuscrit (.pdf ou format word (.doc ou .docx) et du synopsis si demandé !! (ça paraît bête, mais ça m’arrive souvent ! ^^ )

N.B. : certains éditeurs demandent aussi de joindre un fichier sur vous. Présentez-vous, décrivez vos aspirations à l’écriture (pourquoi vous écrivez, dans quel but ?), les ouvrages que vous avez déjà écrits, de quoi ils parlent, s’ils sont édités…

Ce que vous devez mettre dans votre lettre / mail :

  1. Le sujet / l’objet du mail / de la lettre. Faites simple mais efficace. Le titre de votre ouvrage, le genre et votre nom. Pour moi, ça donnerait : Les écuries des Lumières, roman jeunesse – Ella JOLLY
  2. Soyez poli ! Bonjour, Merci, je reste à votre disposition, mes salutations distinguées… Ça ne vous coûte rien (on ne paie pas au mot, on n’est plus au temps du télégramme !) et ça fait toujours plaisir !
  3. Présentez-vous rapidement (nom, âge, profession…).
  4. Ecrivez un petit pitch de votre livre, une sorte de résumé de 4eme de couverture qui donne envie de lire votre ouvrage.
  5. Et comme dit plus haut, les fichiers.

Voilà, vous n’avez plus qu’à envoyer ! Le délai de réponse est d’au moins 3 mois, vous pouvez relancer à partit de 5 – 6 mois.

N.B.: certains éditeurs écrivent sur leur site ou sur leur accusé de réception que si vous n’avez pas de réponse au bout de X mois, c’est que votre manuscrit est refusé.

Plus qu’à patienter ! Si vous avez des questions ou si vous avez aimé cet article, laissez un commentaire, j’y répondrais avec plaisir, ou likez-le !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s