Livre

Ma nouvelle romance jeunes adultes : Docteur Love. Résumé, trailer, interview…

Ce mois de juillet est paru mon nouveau roman, Docteur Love, chez Cherry Publishing. Il est grand temps de vous le présenter.

Alors que le lycée veut redynamiser sa vie étudiante, Éléonore soumet une idée aussi farfelue qu’originale : un courrier du coeur. Quelle n’est pas sa surprise lorsque le bureau des élèves fraîchement élu la contacte pour lui dire que non seulement l’idée plaît, mais qu’en plus c’est elle qui l’animera ! C’est alors qu’on lui attribue un homologue masculin, qui n’est autre que le plus beau gars du bahut, sportif et populaire : Alex. Cependant, Alex voit sa carrière sportive compromise par une vilaine entorse. Ne sachant pas s’il en guérira complètement un jour, il déprime peu à peu. Heureusement, quand il rencontre Éléonore et commence à chroniquer à ses côtés, il retrouve petit à petit sa joie de vivre. Grâce à leurs chroniques, ils vont apprendre à se connaître au-delà des apparences et à s’apprécier. Cependant, Éléonore n’oublie pas la réputation d’Alex et son instinct lui crie de se protéger… Faut-il suivre sa raison ou son coeur ? Encore une énigme à résoudre pour nos Docteurs Love.

Où l’acheter : sur Amazon, sur la Fnac,

Le trailer

Mon interview :

Ecriture et conseils

Pourquoi appliquer les méthodes des autres ne vous servira à rien

Vous avez déjà essayé de copier la coiffure d’une star ? Le régime « miracle » d’une amie ? Acheté le même jean que quelqu’un d’autre ? Et puis réaliser que ça ne vous va pas / ne vous fait pas maigrir ?

Breaking news : chaque personne est unique. Pour cela, copier exactement les méthodes des autres ne vous servira à rien. Peut-être que ça ne vous conviendra pas du tout, ou juste partiellement. Peut-être aussi que vous les aimerez mais que les résultats ne seront pas les mêmes que ceux de la personne que vous avez copié. Et à trop chercher à faire pareil que quelqu’un, vous risquez de vous perdre en chemin.

Moi la première, j’ai passé des heures à chercher comment écrivent mes auteurs préférés, ce qu’ils font, comment, pourquoi… de la création de personnages au processus de correction. Ben devinez quoi, j’ai souvent rien trouvé ! Ou alors, ça ne me semblait pas entièrement génial… et je suis quelqu’un d’exigeant, je voulais donc une méthode parfaite.

Voilà donc mon conseil : inspirez vous. Prenez par-ci, par-là, faites votre propre truc. Prenez ce que vous aimez, prenez ce qui vous convient. Mélangez le tout et c’est prêt !

Pas la peine de payer des coaching d’écriture qui vous couteront les yeux de la tête. Un peu de motivation, d’huile de coude et de perspicacité feront l’affaire.

Ecriture et conseils

Comment accroître sa productivité

Je pense ne rien n’inventer en affirmant que tous, un jour ou l’autre, nous nous sommes demandé comment nous pouvions en faire plus. J’irais même jusqu’à dire que notre société veut que nous en fassions toujours plus, plus vite, (pas mieux pour autant… sinon la planète ne se porterait pas aussi mal !).

Avec nos vies à cent à l’heure, trouver du temps, de l’envie pour écrire n’est pas chose aisée. Alors quand ça arrive, on aimerait écrire beaucoup, bien, en peu de temps. Je vais vous donner deux trois astuces pour maximiser vos performances.

  1. Réfléchir en amont à ce que vous allez écrire

S’il y a bien une chose qui m’énerve au quotidien, c’est avoir le sentiment de perdre mon temps. Je déteste tout particulièrement attendre quelqu’un, un rendez-vous… parce qu’une heure avant à peu près, je ne suis plus capable de rien. Je sais que je vais devoir partir, m’interrompre, etc, alors je ne peux rien commencer. Bizarrement, j’arrive assez bien à écrire « sur le pouce », dans ce genre de situation. Mais pour ce qui est du reste, je crains de perdre la notion du temps et de finir en retard.

Mais bref. L’astuce ici consiste à profiter de quelques minutes par-ci, par-là, pour réfléchir à vos projets d’écriture, imaginer la suite, noter vos idées. De cette manière, lorsque vous aurez enfin l’occasion de vous poser devant votre ordi – feuille, vous saurez quoi écrire et ne resterez pas là, bloqué devant votre écran.

  1. Instaurer une routine d’écriture

Dans le même esprit que le 1, une routine va tout de suite vous mettre dans le bain et vous n’aurez plus qu’à coucher vos mots ! J’avais fait un article, je vous le mets ici.

  1. Supprimer les distractions

Pas super original, mais ça marche.

  1. Vous fixer des objectifs atteignables mais challengeants

Quoi de mieux pour avancer qu’avoir un but et la satisfaction d’atteindre des objectifs tout au long du chemin qui mène à ce but final ? Pour ce faire, il faut qu’ils soient atteignables (pas la peine de vouloir écrire votre roman en deux semaines, on a rarement vu ça… entre 4 mois et un an, c’est bien !).

Quelques exemples :

  • écrire 500/1 000/ 2 000 mots par jour. Pour vous donner une idée, je mets 15-30 min à écrire 500 mots
  • écrire 3h par semaine
  • écrire 2 fois par semaine
  • me lever une demi-heure plus tôt pour écrire
  • finir ce chapitre avant le xx/xx/2022
  • ….
  1. Tenir un journal de bord

… pour visualiser et vous féliciter de votre progression. C’est important de se connaître, de savoir quelles sont vos statistiques, pour maximiser le rendement (je sais, nous ne sommes pas des machines, excusez mes termes !). C’est valable dans la vie de tous les jours : Combien de temps j’ai besoin de dormir pour être en forme ? Quels aliments me donnent mal au ventre ? Quelles activités me font du bien ? Je suis plutôt du matin ou du soir ?

Mieux vous vous connaîtrez, mieux vous vous organiserez pour écrire et plus facile ce sera.

J’espère vous avoir aidé !

A très vite.

Divers, ella jolly

Je n’aime pas parler de mes romans

Tout est dans le titre. Si on me demande ce que je fais et que je suis en train d’écrire, il y a 99% de chances que je réponde « rien ». C’est vraiment rare que j’avoue que je suis en train d’écrire. Oui, j’ai utilisé le verbe avouer. Tout comme je déteste répondre à la question « de quoi ça parle ? ». j’ai toujours, TOUJOURS, l’impression que ma réponse est archinulle. « ben c’est l’histoire d’une fille qui devient handicapée et du coup… bla bla bla ». Je vous jure, je voudrais disparaître dans ce genre de situation.

Cette passion qu’est l’écriture ne me fait pas honte, elle est juste profondément intime. Je livre mes pensées, je couche mon monde à moi sur papier. Lire mes romans, c’est accéder à une partie de mon être inconnue de tous les autres. Mes personnages sont mes bébés. Je n’aime pas qu’on les critique, je ne veux pas que quiconque interfère dans leur vie sans que je ne l’aie demandé, et c’est probablement la raison pour laquelle je ne parle jamais de mes projets en cours.

En gros, je mets mes proches devant le fait accompli. Genre « tiens, je t’envoie mon nouveau roman, tu peux le lire et me donner ton avis ? » par mail, avec ledit roman en PJ. Si je bloque, je débloque toute seule.

Les échanges les plus décontractés que j’ai au sujet de mes écrits sont avec un ami écrivain lui aussi – il se reconnaîtra s’il passe par là ! – ou d’autres inconnus qui écrivent aussi et me lisent sur des forums, par exemple.

Au risque que vous trouviez que je fais de la différence, je vais vous dire ceci : les écrivains ne sont pas des gens ordinaires. La personne qui comprend le mieux un écrivain est écrivaine elle-même.

Lorsque je discute de mes projets avec mes semblables (#secte), nous nous comprenons, nous sommes sur la même longueur d’ondes et ils m’apportent les critiques les plus intéressantes et constructives. Par exemple, sans un précieux relecteur, je n’aurais jamais publié Comme sur des roulettes. Il a su mettre le doigt sur ce qui clochait, mais que je n’arrivais pas à identifier.

Prenons cet exemple. Vous avez une super belle salle de bains, vraiment. Mais bon sang, qu’est-ce que la pression du jet est pourrie ! Hé ben, dites le à qui vous voulez, cette personne ne le comprendra vraiment que si elle vient prendre une douche chez vous.

Ben voilà, je ne me sens comprise que par mes semblables.

C’est un comble de publier des romans qui sont lus par des inconnus et de ne pas aimer en parler, non ?

Ecriture et conseils

Le ratio discipline, motivation, inspiration

On entend toujours parler de motivation, dans absolument tous les domaines. Je fais beaucoup de sport. « Comment tu arrives à être motivée tout le temps ? » Je cuisine tous mes repas. « Pouah, moi j’aurais plus le courage, à force. » Je travaille d’arrache-pied même si je n’aime pas ça. « Toi, t’as la niaque. » Et enfin : « Comment tu réussis à aller au bout d’un roman ? »

On va mettre les choses au point. Moi aussi, j’ai la flemme / pas le courage / l’envie / suis fatiguée. Mais au bout d’un moment, il faut se rendre compte que les choses ne vont pas se faire toutes seules. Sinon, croyez moi, il y a longtemps que j’aurais arrêté de faire la vaisselle – pire corvée du monde quand tu n’as pas de lave-vaisselle et cuisine beaucoup !

Le ménage est l’exemple parfait pour illustrer mon propos. 99% des gens rechignent à le faire, pourtant, il le faut bien. Et on va dire que 98% de ces gens font le ménage. Pourquoi ? Parce qu’ils sont disciplinés. Ils savent qu’il faut le faire, que ça va être chiant, mais qu’ils seront tranquilles pour quelque temps ensuite.

Eh bien c’est exactement ce qu’il se passe avec l’écriture, les études, le sport… la vie, en fait ! Certains jours, je resterais bien au fond de mon lit, pas vous ? Mais je me lève parce qu’il le faut bien. J’ai cours, des trucs à faire… ça s’appelle la discipline. Sans discipline, je sècherais tous les cours chiants, je ne travaillerais pas quand ça me soule… et surtout, je crois que je n’aurais jamais achevé un seul de mes romans. Or j’en ai terminé 10 à l’heure actuelle, et je suis en bonne voie pour terminer le onzième (merci l’intersemestre…)

On entre donc dans le vif du sujet : quelle est la place de la discipline, de l’inspiration, de la motivation dans le processus d’écriture ?

  1. L’inspiration

J’en ai parlé il y a quelques années dans cet article. Je ne veux pas me répéter donc allez jeter un oeil si le coeur vous en dit. Je dirai seulement ici que l’inspiration va simplement vous donner les tenants et les aboutissants de votre histoire, faire son originalité etc. On peut écrire sans être inspiré. On peut écrire 400 pages sur des futilités, disserter sur la couleur de l’herbe… On peut faire des choses sans elle, mais elle reste une composante majeure. Elle est créativité.

2. La motivation

Avoir une idée ne suffit pas. L’idée, c’est la génèse. On peut savoir exactement ce qu’il se passera dans le roman, il ne va pas s’écrire tout seul pour autant. Là rentre en jeu la motivation. Ben oui, il faut avoir envie d’écrire. On a envie, on pose les premiers mots et ensuite…

3. La discipline, la queen

…. la discipline prend le relais. La motivation vient pas vagues, la discipline, elle, se doit d’être constante. Quand l’envie ne se fait plus sentir, elle est celle qui vous permet de continuer l’écriture. Parfois, le simple fait de commencer à écrire fait revenir l’envie. D’autres, ça ne suffit pas, la session du jour est laborieuse. Mais, encore une fois, cela est valable dans plein d’autres domaines de la vie courante.

Discipline is key

Retenez bien ça.

Pour conclure, je dirai que la motivation, c’est 25 % du job, pareil pour l’inspiration, et que la discipline représente le reste (50% si t’es pas matheux…).

Ecriture et conseils

Résurrection d’un roman mort-né

Bonjour !

Voilà quelques mois que je n’avais pas publié de ‘vrai’ article, autre que mes bilans lecture sur deux mois.

Mes projets avancent pas mal, à vrai dire. 2 romans sont chez les éditeurs, un autre vient d’être revu avec l’aide d’un ami écrivain qui se reconnaîtra et que je remercie encore une fois s’il passe par là ! Et j’ai fini d’écrire mon 10ème roman avant mes 18 ans, chose que je tenais à accomplir !

C’est pour parler de ce roman-ci que je vous écris aujourd’hui.

Autopsie d’un roman mort-né

Été 2020. J’ai une nouvelle idée, je profite du mois de juillet pour commencer ce nouveau projet. Je continue jusque fin août puis j’ai de gros doutes : Est ce que je m’en vais quelque part avec ce roman ? Est ce qu’il ne vaudrait pas mieux arrêter ?

J’avais soudainement envie d’une histoire un peu plus sombre, avec un peu plus de danger. J’ai donc arrêté l’écriture de ce roman.

Septembre arrive et la rentrée avec lui. Je cogite, je planifie, j’écris. Le nouveau projet est achevé en février. Je n’en suis pas pleinement satisfaite.

Les mois qui suivent, j’envisage de me replonger dedans, mais je me sens vite débordée. Je ne sais pas ce qui ne va pas, ni comment y remédier. Je le laisse de côté.

En avril ou en mai, je retombe sur ce projet initial que j’avais abandonné. Je relis les dernières lignes. Avec le bac qui approche, les échéances et le stress de Parcoursup, je n’ai pas envie de me lancer dans un tout nouveau projet, mais écrire comme à me manquer. Sur un coup de tête, je décide de finir ce roman-là. Et, depuis vendredi, c’est chose faite.

Comme on le voit sur ce tableur et ma courbe de progression, j’ai commencé cette poursuite d’écriture le 30 avril. J’ai relu les dernières lignes, continué un peu, puis ai survolé l’ensemble du roman afin d’en établir le schéma narratif. J’ai d’ailleurs relevé des incohérences minimes, du genre un personnage venant un coup de Montpellier, un autre de Bretagne (pas le même genre de climat, hein !).

Ca m’a permis de voir d’où je venais, et sachant où j’étais, de savoir où je voulais aller. J’ai donc pu établir grosso modo ce que je voulais qu’il se passe dans les chapitres suivants, jusqu’à la fin.

Et après, ben, j’ai écrit, écrit, écrit ! Je tournais à 1 000 mots par jour, en gros. Mon rythme de croisière, celui habituel. Maintenant, je vais corriger ces petites incohérences que j’avais relevées, laisser décanter puis passer au gros des corrections cet été, je pense.

En attendant, j’ai d’autres choses à faire 😉

Livre

Comme sur des roulettes – Mon nouveau Roman

Votre attention, sil vous plaît !

Après des mois, que dis-je, des années, mon roman Comme sur des roulettes est enfin publié ! Souvenez vous, j’avais partagé avec vous sa réécriture, il y a tout juste un an !

Eh bien, ça y est, il sort officiellement le 10 mai… et les précommandes sont ouvertes, vous pouvez l’acheter dès à présent et le recevoir le jour de sa sortie avec une dédicace en prime ! Je suis tout excitée à l’idée de recevoir vos exemplaires à dédicacer !

Mais trêve de blabla, je vous présente l’œuvre !

Où se la procurer ?

Avant le 10 mai, seulement ici, sur le site de mon éditeur. A partir du 10 mai, il sera sur toutes les libraires en ligne aux formats papier et numérique, sur le site de mon éditeur toujours, et évidemment, sur commande auprès de votre libraire préféré !

Tadam, voici la magnifique couverture !

Elle est belle, hein ? Je trouve aussi !

Et le petit résumé :

Flavie, 14 ans, fait son grand retour en 3eme après un an d’absence suite à l’accident de voiture qui l’a rendue paraplégique. Ce chamboulement a non seulement fichu sa passion pour l’équitation en l’air mais aussi l’ensemble de sa vie.
Traumatisée par les évènements, elle a renié tous ses amis, et aussi son cheval adoré pendant l’année de sa convalescence.
Son retour parmi les collégiens s’annonce terrible, entre ignorance, apitoiement et, bientôt, harcèlement.
La jeune paraplégique devra trouver la force de surmonter toutes ces épreuves pour retrouver la voie de la félicité. Heureusement qu’elle peut compter sur le soutien sans faille de sa famille et de son coup de cœur, Mathis.

Enfin, vous pouvez cliquer ici pour en télécharger un extrait : https://libre2lire.fr/extrait-comme-sur-des-roulettes-ella-jolly-ed-libre2lire/

En espérant qu’il vous plaise, je vous dis qu’on se revoit quand je vous le dédicacerai après votre achat en précommande 😉

Au cas où vous n’auriez pas vu, c’est ici pour le précommander : https://libre2lire.fr/livres/comme-sur-des-roulettes/

Divers

What’s up ?

Hello !

Il y avait longtemps que je n’avais plus rien publié ici. Depuis le confinement, je crois ? Quoi qu’il en soit, je suis de retour pour vous donner un peu de mes nouvelles.

Quoi de neuf, alors ?

THE big new !

J’ai publié toute une série d’articles pendant le confinement du printemps 2020 dans lesquels je vous partageais mon travail de réécriture sur mon roman Comme sur des roulettes !. Après avoir fait ça avec vous, je l’ai relu et renvoyé aux éditeurs sous un nouveau titre (pour ne pas faire doublon puisque certains avaient déjà eu la première version). Adolescente à Mobilité Réduite. Je ne l’aime pas autant que le titre originale, mais…. Surprise ! ce bébé a trouvé preneur et paraîtra sous son premier nom ! Je vous en dirais plus dans un autre article bientôt, probablement quand j’aurais une date à vous donner. Je suis très heureuse de le savoir parti pour une belle vie dans le monde extérieur, ailleurs que dans mon onedrive. Ce roman compte beaucoup à mes yeux parce qu’il traite de sujets de société, sensibles et dont on ne parle pas assez je trouve : handicap et harcèlement quand on est une jeune ado. Pour en savoir plus, rendez-vous à sa sortie !

Et le reste ?

Après avoir fait cette réécriture, j’ai écrit courant mai-juin 2020 un autre roman, plus court (60 000 mots). c’était un peu mon exutoire, je n’en pouvais plus du confinement ! Il s’intitule Angry Girl et s’adresse à un public un peu plus jeune que les ados. Il est fun, je me suis beaucoup marrée en l’écrivant celui-ci !

J’ai écrit ensuite ces derniers mois un nouveau roman dont je ne vous partage pas la titre puisque j’ai du mal à le baptiser… Quant au contenu, je peux vous dire ces quelques mots : fuite, nouvelle vie, chantage et amour. C’est pour ado / young-adult.

Ensuite?

Voici mon plan d’action jusqu’en septembre – après je fais ma rentrée dans le supérieur, donc j’aurais probablement moins de temps que je ne le voudrais pour me consacrer à ma passion. Il tient en quelques mots : boucler tous mes projets. J’entends par-là relire, corriger, réécrire, relire à nouveau, envoyer aux éditeurs. J’ai donc trois romans au placard, qui attendent sagement leur tour.

  • Résolutions, que j’ai écrit il y a bientôt deux ans. Une gentille lectrice / collègue auteure me fait en ce moment même des retours qui m’aident beaucoup à le retravailler, je bosse actuellement sur la V2 ! Après, relecture et envoi du bébé aux éditeurs !
  • Docteur Love, que j’ai écrit en première, est lui aussi entre les mains d’une lectrice et écrivaine, plus jeune puisqu’elle a 14 ans. J’attends son avis avant de me replonger dedans ! A suivre : réécriture, relecture, envoi.
  • Angry Girl : celui là, je dois aussi lui faire suivre ce même processus ! trouver une bonne âme qui le critique, ensuite l’améliorer, le relire, l’envoyer aux éditeurs.
  • le fameux roman sans titre : presque pareil, je vais le retravailler tant qu’il est encore frais dans mon esprit.

Dans l’ordre, ça donne : Résolutions, le roman sans titre, les deux autres. Quant à l’écriture, j’ai plein d’envies mais je préfère boucler mes autres projets avant. C’est important aussi de relire ce que j’ai déjà produit, repérer mes tics afin de m’améliorer pour les suivants !

J’ai failli oubli dans ma liste tellement c’est évident : le processus de publication de Comme sur des roulettes fait partie du planning aussi 😉

Alors voilà, j’espère réussir à mener à bien tout ceci ! Je vous tiens au jus.

Ella

Ecriture et conseils

L’écriture, ça apporte quoi ?

Hello à tous ! Je viens de me poser devant ma feuille vierge et cette idée d’article a germé dans mon esprit : à quoi bon passer des heures et des heures devant mon écran, à écrire des histoires qui ne seront peut-être jamais achevées / publiées / lues. A quoi bon écrire avec autant de risques que ce soit vain ? C’est ce qu’on va voir.

Première partie : les bienfaits psychologiques

Ben oui, j’écris d’abord pour le plaisir ! Comme certains dessinent, courent, font du sport (j’adore !) ou regardent Netflix. On ne va pas se mentir, j’aurais pu en dévorer, des séries, avec tout ce temps passé à écrire !

Je peux vous dresser une petite liste non exhaustive de l’intérêt, selon moi, à écrire, en termes de santé mentale et de développement personnel.

Décompresser

On connaît tous ces périodes de stress, durant lesquelles on ne fait que broyer du noir, se mettre la pression pour telle tâche que l’on doit accomplir. Que ce soit au niveau du boulot, dû à votre santé, un proche qui va mal… Ou une crise sanitaire, on l’a bien vu avec le coronavirus, l’atmosphère devient vite angoissante. Si je n’avais pas passé plus d’une heure par jour à écrire durant ces trois mois de confinement, j’aurais encore plus tourné en rond ! Ça m’a bien aidé à être un peu plus sereine.

S’évader

De la même manière que lire un roman qui se passe dans une autre ville, un autre pays que le nôtre, écrire nous fait voyager… où on veut ! A nous de s’inventer une vie, un autre monde, un retour dans le passé, un saut dans le futur. On peut même être quelqu’un d’autre, rien que pour ça, ça vaut le coup ! « J’aurais dû, j’aurais dû… » Mon personnage l’a fait, lui !

S’occuper

Pas besoin de plus d’explications pour celui-là. Pour ma part, écrire n’est pas une activité très chronophage car elle est vraiment énergivore dans le sens où, au bout d’une heure et demie, je suis au bout du rouleau. Mais c’est déjà ça de pris, sur une journée, pas vrai ?

Deuxième partie : bienfaits physiologiques

Ici, on va parler de ce que ça apporte au cerveau. Pas super clair, dit comme ça, mais vous allez mieux comprendre.

Soigner mon orthographe et ma grammaire

Ok, j’ai toujours été super forte en dictée, grammaire, orthographe et tout le tralala. Je ne fais que des fautes d’inattention. Mais à l’heure du langage SMS (je déteste !!), des cours en prise de notes, du correcteur sur word etc… écrire, de façon régulière, des mots entiers, permet de garder en mémoire toutes ces règles, ces exceptions. Savoir bien écrire français c’est quand même la base, pourtant il y a trop de gens qui font des fautes énormes ! On en parle, du participe passé qui devient infinitif ? Elles ont manger ? Jamais au grand jamais je n’ai écrit ça un jour, même à dix ans ! Si vous avez ce problème, apprenez vos règles de grammaire et écrivez !!

Acquérir du vocabulaire

Dans la même lignée, vous allez enrichir votre dictionnaire personnel puisqu’écrire permet d’archiver plus facilement les mots qu’une simple lecture, survolée.

Cultiver mon imagination

Mon petit frère a ce problème pendant ses cours de français : il est persuadé d’être nul en rédaction, il n’a donc que des idées nulles, et n’écrit du coup que des choses nulles. Comme la lecture, l’écriture entraîne le cerveau, crée des connexions entre les neurones. L’imagination se met en branle jusqu’à finir par le faire d’elle-même, n’importe où, n’importe quand – c’est l’inspiration. Je lis depuis que je sais lire, j’ai commencé à écrire à dix ans, jamais je n’ai séché devant un sujet de rédaction. Faites-en ce que vous voulez.

En bref, écrire ça entraîne mon cerveau. Comme quoi, on s’en fiche que ça ne soit jamais fini, publié ou lu. Le principal, c’est de s’amuser.

Ecriture et conseils

Comment écrire un roman ?

Parce que, chaque fois que j’évoque ma passion et mes accomplissements en tant qu’auteure, on me regarde avec des yeux exorbités en balbutiant « je ne sais pas comment tu fais » ; j’ai décidé de répondre à cette question que beaucoup d’êtres humains ‘lambda’ se posent.

Alors, allons-y : Comment je fais pour écrire un roman ? Comment j’ai fait pour, à ce jour, en être à mon huitième (déjà !) ?

Lire la suite « Comment écrire un roman ? »
Ecriture et conseils

Une réécriture avec moi – Confinement #5

Je pense ne pas être trop optimiste en disant que cet article est le dernier. Pas parce qu’on a déconfiné, mais parce que j’aurais terminé cette réécriture le dimanche 17 mai, j’espère !

Du lundi 11 mai au mercredi 13 mai : écriture de la cinquième partie

Troisième fois consécutive, j’ai largement dépassé mon objectif de 13 000 mots ! J’en ai écrit plus de 17 500 pour celle là ! C’était nécessaire. Voilà, c’est tout.

Du jeudi 14 mai au samedi 16 mai : fin

Tadam !! J’ai terminé cette réécriture. Je m’étais fixée comme date limite le 16 mai, de façon à avoir fait ce travail en un mois et j’ai réussi ! Cette dernière partie s’est caractérisée par beaucoup de relecture, moins d’écriture que les précédentes. Niveau ressenti, j’en ai pas… Contrairement à lorsque je finis un roman, où c’est doux-amer, je suis triste et fière à la fois ; ben là, j’ai juste fini, quoi.

Et maintenant ?

Il faudra que je le relise avant de l’envoyer aux bêta lecteurs puis éditeurs à la rentrée. En parallèle, je relis en ce moment le roman #7, terminé au début de ce confinement, avant de l’envoyer lui aussi. Ce dimanche 17, il me reste 4 chapitres à lire, je termine donc demain. Après ça, je vais sûrement commencer autre chose.

J’espère que cette petite série vous a plu, moi ça m’a motivée, j’ai un peu fait des exploits en écrivant autant en si peu de temps ! Portez-vous bien, à bientôt.

Ecriture et conseils

Une réécriture avec moi – Confinement #4

4 semaines ? Déjà ?

Du lundi 4 mai au jeudi 7 mai : terminer la quatrième partie

Encore une fois, je me suis sous estimée en voulant écrire 13 000 mots pour cette partie. La trame de l’histoire fait que j’en suis plutôt à 16 000. C’est pas important, mais c’est un journal de bord alors je le dis !

Du jeudi 7 mai au dimanche 10 mai : début de ma cinquième partie

C’est l’avant dernière. Je commence mine de rien à en voir le bout !

Bilan de la semaine : plus de motivation que la précédente, les choses sont allées un peu plus vite, peut-être. Je suis contente d’avoir bientôt terminé.

A la semaine prochaine pour la dernière ligne droite !

Ecriture et conseils

Une réécriture avec moi – Confinement #3

Salut à tous !

Troisième semaine de cette série d’articles où je réécris mon roman en profitant du confinement pour le faire vite et bien. Troisième semaine sur cinq, normalement.

Du lundi 27 au vendredi 1er mai

Troisième parti achevée avec plus de 16 000 mots au compteur. 3 000 de plus que prévu, la chronologie des événements m’y a obligée. Rien de grave, si ce n’est que ça a du coup pris plus de temps que prévu. Pour le reste, j’arrive à un total de 43 000 mots en achevant cette partie, c’est à dire plus de la moitié de mon objectif (entre 75 et 80 000 mots). On avance bien, donc.

Du vendredi 1er mai au dimanche 3 mai

Début de la quatrième partie.

Mon ressenti durant cette semaine : un peu plus compliquée que les précédentes, plus de mal à m’y mettre mais je tiens quand même mes objectifs, c’est le principal. Plus que deux semaines, on fonce !

Ecriture et conseils

Une réécriture avec moi – Confinement #2

Salut, me revoilà pour continuer ma série d’articles dédiés à la réécriture de mon quatrième roman, avec une note par semaine ! Cette semaine est celle du 20 au 26 avril.

Lundi 20 avril : première partie achevée

Comme je le disais dans le numéro précédent, je me suis fixée un objectif de 2 000 mots / jour d’écrits ou retravaillés. Objectif que je tiens bien, j’en suis même plutôt à 2 500. Ça me prend environ une heure et demie. J’écris beaucoup plus que je ne réécris, finalement, et je suis étonnée d’écrire autant ! D’habitude, je m’arrête à 1 500 mots. Ici, c’est forcément plus facile puisque l’histoire est déjà bouclée.

Lundi j’ai donc terminé la première partie (sur 6) avec 13 200 et quelques mots au compteur. Objectif de 13 000 rempli, donc. Je suis vraiment contente de ce que j’ai produit. En espérant que ça continue 😉

Mardi 21 avril – Samedi 25 avril : deuxième partie

Update du vendredi 24 : J’ai écrit et réécrit la seconde partie du roman en 5 jours aussi, comme pour la première. Je n’ai écrit que 12 au lieu de 13 000 mots, mais rien de grave, celle qui suit devrait être un peu plus longue que les 13 000 mots que je me suis fixés. J’ai pris autant de plaisir à travailler là dessus que la première semaine, j’ai bon espoir de finir pile poil le 18 mai, c’est-à dire la reprise pour l’instant présumée du lycée (j’y crois pas trop). A ce rythme, je mettrai donc trente jours. Vachement bien.

Samedi 25 : Finalement, j’ai écrit mes 13 000 mots ! On est bien parti.

Dimanche 26 avril : début de la troisième partie sur six

Avec cette partie, on arrive à la partie qui nécessite plus de réécriture que d’écriture pure et dure. C’est bien, on avancera plus vite.

Bilan de la semaine : on progresse, sans relâcher le rythme. L’avancée est fluide, pas de problème de structure pour le moment. Cet été, j’étais découragée en relisant mon ouvrage tant c’était nul et plat. Pas la force de tout refaire. Je me rends compte que, finalement, il fallait juste des pistes et un peu de temps, ce n’est pas si dur. On verra comment se passe la suite.

Ecriture et conseils

Une réécriture avec moi – Confinement #1

Salut !

Le président a annoncé ce lundi 13 avril que le confinement serait prolongé au moins jusqu’au onze mai avant les premières mesures de ce confinement. Coïncidence, j’ai reçu le même jour le retour d’un bêta lecteur, celui dont je vous parlais dans mon précédent article (ici tête de linotte !) pour me lancer dans la réécriture. Je n’ai donc plus aucune excuse pour reculer.

J’ai pensé que pour me motiver partager ça pourrait être sympa, une manière aussi d’en garder un souvenir, j’ai donc décidé de relater ces corrections sur les quatre semaines qui arrivent, jusqu’au 11 mai, en fait. Ensuite, on avisera !

Voilà donc le déroulement de cette première semaine (13 – 19 avril)

Etape 1 : Lecture de la critique, petit brainstorming – Lundi 13 avril

Le titre parle de lui même, j’ai ce jour pris connaissance de l’avis de mon bêta lecteur qui s’est avéré très constructif (non pas que j’en doutais ^^). Il a mis le doigt sur ce qui n’allait pas, chose que je n’arrivais pas à faire. Tout ces petits engrenages se sont mis en marche dans mon cerveau, j’ai le soir-même établi une petit liste des points à retravailler mentionnés mais aussi ce qui me passaient par la tête.

Etape 2 : Établir le plan – Mardi 14 avril, mercredi 15 avril

La nuit est passée, apportant son lot de conseils et bonnes idées. J’ai pu définir clairement ce que j’avais à faire parmi les grands travaux dans ce roman. Au programme, donc, rendre l’intrigue et les personnages plus accrochants, un timeline à retravailler et remodeler, le poids d’un handicap à accentuer et j’en passe.

Pour y voir le plus clair possible, j’ai repris mon tableur avec toutes les scènes et leur description. Dans un nouveau tableur, j’en ai supprimées certaines d’office, inutiles ou barbantes, qui n’auraient rien à faire dans la nouvelle version. J’ai dressé la liste des événements clés que je garde dans l’optique de faire des flashbacks ; celle des scènes qui constituent la trame de l’histoire. Pour l’instant, rien de « nouveau » n’a été ajouté à ce roman. Voilà donc pourquoi je rajoute dans une autre colonne de nouvelles scènes / thématique qui concernent les points à améliorer, retravailler.

De droite à gauche : les scènes de la version originale ; un premier pas vers la réécriture avec cette même trame sans les scènes supprimées (en noir avant) ; la liste des scènes réutilisées pour des flashbacks ; la trame de l’histoire en rose ; les choses à ajouter en jaune

Dernière étape de cette partie et pas des moindre : réagencer tout le plan. Reprendre la trame principale, y intégrer flashbacks, nouvelles scènes et autres si nécessaire. Remodeler aussi la timeline principale si besoin. Faire que tout concorde avant la prochaine étape : la réécriture pure et dure. J’ai estimé le mercredi 15 avoir fait mon possible. Je ne pense pas qu’il soit utile d’y passer des heures et des heures puisque ce n’est que théorique. C’est en avançant au fur et à mesure du roman que j’y ajouterai d’autres choses encore.

Etape 3 : débuter les festivités – Jeudi 16 avril et jusqu’à ce que mort s’ensuive

On entre dans le vif du sujet, pour faire ce second jet, il faut réécrire et corriger. Le plus gros morceau. C’est le moment pour moi d’ouvrir mon espace d’écriture (le site WriteControl, article à venir) et d’y ajouter au fur et à mesure les scènes de mon séquençage. Relire, reprendre, combler les trous etc.

Mon ressenti de cette première semaine est le suivant : je suis assez surprise de constater à quel point c’est « facile » et plaisant de retrouver mon univers, mes personnages, de les faire vivre encore un peu. Je me suis fixé pour objectif d’écrire / réécrire 2 000 mots / jour. Avec 6 parties de 13 000 mots en moyenne pour un livre d’environ 75 – 80 000 mots au final.

On se retrouve la semaine prochaine ! D’ici là, take care c

Divers

L’écriture et mon confinement

Salut à tous !

Vous n’êtes pas sans savoir que cette période est particulière, à l’heure où j’écris ces mots j’entame ma cinquième semaine de confinement. Plus de lycée, les cours à la maison etc. Je supporte bien la situation pour l’instant, même si l’ennui pointe parfois le bout de son nez.

Niveau créativité, mes deux premières semaines ont été dédiés à l’achèvement de mon 7ème roman, effectif le 1er avril. J’ai été plus productive qu’en temps normal, ma moyenne journalière de mots écrits est passée de 1000 à 1500. C’est ainsi que j’ai bouclé ce projet en moins de 3 mois. Champagne !

Après ça, j’ai trouvé deux bêta-lecteurs pour mon roman Comme sur des Roulettes ! dont je ne savais plus quoi faire. Des choses ne vont pas et j’espère qu’ils m’aideront à y voir plus clair.

Hier, j’ai retravaillé les quelques points soulevés par ma bêta lectrice sur mon sixième roman, Résolutions. Ça m’a pris une bonne heure, ce n’était pas grand chose. Je l’ai soumis à un concours dont les résultats sont censés arriver fin juin mais avec le coronavirus, je ne sais pas ce qu’il en sera. Dans tous les cas – sauf celui où je gagne ! – je l’enverrai aux éditeurs en septembre.

Et maintenant ? Je dois mettre à jour la couverture de mon roman, Le Post-It de Kate qui devient le Post de Kate pour des raisons juridiques. Amazon KDP me donne du fil à retordre, sur ce coup-là ! Je vais planifier l’écriture de mon huitième roman, en commencer l’écriture, sûrement. Dès que j’aurais des retours, j’attaque la réécriture de Comme sur des roulettes ! mais ce ne sera pas avant cet été je pense. Ce n’est pas vraiment de l’écriture, mais j’ai aussi prévu d’écrire des articles pour ce blog, chose que je n’ai pas le temps de faire plus que ça habituellement. L’occasion de prendre de l’avance.

Voilà pour ma petite histoire de confinement. Je vois cette période comme une occasion de faire plein de choses, je croise les doigts pour mener à bien ce que j’ai prévu !

A plus !

PS : si vous ne savez pas quoi faire, mes trois romans existent en ebook !

Livre

Les écuries des Lumières en ebook !

Hello à tous !

En cette période particulière, j’ai tout de même un bonne nouvelle ! Les écuries des Lumières est disponible en format numérique, sur votre Kindle ou Kobo.

Pour votre Kindle : https://www.amazon.fr/%C3%A9curies-Lumi%C3%A8res-Ella-Jolly-ebook/dp/B085X2QF16/ref=tmm_kin_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

Pour votre Kobo : https://www.fnac.com/ia4343945/Ella-JOLLY#ID12221341

Et sur le site de la librairie E.Leclerc : https://e-librairie.e-leclerc.com/ebook/9791096726370/les-ecuries-des-lumieres-ella-jolly

Voilà de quoi vous occuper pendant ce confinement 😉

Divers

Dédicaces

Venez me retrouver pour des séances de dédicace

  • le samedi 28 décembre au Cultura de Claye Souilly de 10h à 18h (77)
  • les samedi et dimanche 18 et 19 janvier 2020 au salon du livre jeunesse de Meaux, à la médiathèque du Luxembourg (77100)
  • le 8 mars 2020 au salon des écrivains de Rebais, à la maison de l’Imprimerie
  • le 21 mars 2020 à la librairie Hémard à Sézanne (51)
  • le samedi 28 mars au CULTURA de Claye Souilly
Livre

Les écuries des Lumières, mon nouveau roman

Il est enfin sorti. Petite présentation.

Genre : jeunesse / young adult
Éditeur : chérubins édition
Nombre de pages : 278 pages
Dimensions : 15 X 21 cm
Disponibilité : site de ma ME (ici), sites des libraires
Résumé : Stella est une orpheline de quatorze ans, adoptée par une famille aimant et ayant des animaux,  tout spécialement une jument aveugle se prénommant Kâline.
Au fil du temps, l’adolescente noue un lien puissant avec celle-ci et commence à la monter.
cependant elle a un objectif, prouver qu’elle peut gagner un concours de saut d’obstacles de haut niveau avec Kâline, malgré son handicap.
Entre le lycée, ses amis, les mauvaises intentions d’autrui, l’équitation et les histoires de cœur, elle n’est pas au bout de ses peines.

Livre, Parcours éditoriaux

Corrections éditoriales, mon expérience

par warmhealer sur tumblr

Hello !

Presque deux ans après cet article je peux vous dire que les corrections touchent à sa fin ! Ça aura duré un an et demi, entrecoupé de quelques pauses. Un travail titanesque. Les premiers chapitres ont été les plus longs et durs à corriger, j’en ai 4, 5 ou 6 versions différentes avant la définitive. Il a fallu couper des paragraphes, en rajouter d’autres, développer certains points mais surtout régler toutes les incohérences / passages pas ou peu réalistes. Et ça, c’était le plus difficile car quand on change quelque chose dans un récit – encore plus quand c’est au début – il peut y avoir d’énormes répercussions sur la suite. Je me retrouvais alors à décaler des scènes, en supprimer, en inventer d’autres.

Lire la suite « Corrections éditoriales, mon expérience »
recherches editoriales

Guide : soumettre son manuscrit à un éditeur en 3 étapes simples

Après mes deux articles sur La ligne éditoriale et les trois types de maisons d’éditions, on va voir aujourd’hui les règles de bases pour soumettre son manuscrit à un éditeur. Evidemment, il faut envoyer votre manuscrit à plusieurs éditeurs !

Lire la suite « Guide : soumettre son manuscrit à un éditeur en 3 étapes simples »
Livre

L’interview pour ma nouvelle romance Docteur Love

Hello !

Ce mois de juillet sonne la sortie de mon nouveau roman (et de ma première vraie romance !), Docteur Love, chez Cherry Publishing. Je vous laisse un petit avant goût avec mon interview, dans laquelle je réponds à des questions sur moi et sur le roman…

A vos likes et commentaires !

*A très vite pour plus d’informations sur ce nouveau bébé 😉

chronique de livres

Mes lectures des mois de mars et avril

Je me tiens à mon objectif de faire la liste des livres que je lis… Après janvier et février, place aux mois de mars et d’avril !

  • Le cercle des 17, Richard Paul Evans
  • Viens on s’aime, Morgane Moncomble
  • Phobos, Victor Dixen
  • Phobos, tome 2
  • Le syndrome de l’hippocampe, Zoé Brisby
  • Quand l’amour s’en mail, Tamara Balliana
  • Le cercle des 17, tome 2
  • La Belgariade tome 2

En parallèle j’ai aussi avancé ma lecture de l’économie bleue, de Gunter Pauli.

Et voilà ! N’oubliez pas de commander mon nouveau roman, Comme sur des roulettes, surtout !